Stratégies & actions

L’observatoire régional a pour objectif d’établir un ensemble de  diagnostics de la qualité de l’air et, en particulier, de fournir les bilans annuels réglementaires nécessaires à la France pour le rapportage européen.
Au fil des années, cet observatoire s’enrichit grâce à la construction d’un historique de résultats. Il permet ainsi la réalisation d’études robustes relatives à l’impact de la pollution sur la santé et sur les écosystèmes et son évolution dans le temps.

Un socle pour les activités d’Air Rhône-Alpes 

L’observatoire régional est composé de différents outils qui permettent d’évaluer la qualité de l’air en tout point du territoire :

  • les mesures annuelles ou ponctuelles sur des sites de typologie différente
  • l’inventaire des émissions et leurs localisations
  • les cartographies issues de la modélisation 

Axe-1_Missions.jpg

La combinaison de ces outils, encadrée par la réglementation mais aussi dimensionnée par les besoins locaux et les possibilités financières, permet de définir la stratégie de surveillance de la qualité de l’air, via des programmes quinquennaux. Son fonctionnement pérenne, conditionné par la participation financière annuelle des adhérents, assure sa richesse scientifique : historique de données, continuité dans la surveillance, adaptation régulière aux enjeux…

L’observatoire régional fournit des diagnostics initiaux et les enjeux de territoire associés, situation de départ sur laquelle reposent les réflexions des plans et programmes (Axe 2 : plans et programmes). Les différents outils qui constituent l’observatoire permettent des travaux prospectifs : prévision d’épisodes de pollution, cartes de qualité de l’air à échéances lointaines.

Il permet de procurer les données et historiques de référence, appuis nécessaires aux mesures d’études et d’investigation du territoire dans le cadre de l’amélioration des connaissances (Axe 3 : amélioration des connaissances).

Enfin, il constitue le socle incontournable pour l’information du public, qu’elle soit quotidienne, annuelle, ponctuelle, ou pour toute communication plus experte relative aux enjeux de pollution atmosphérique (Axe 4 : communication)

Des experts au service de l’observatoire régional

L’observatoire régional repose sur l’expertise de plusieurs équipes :

  • Les agents du service technique (dont les laboratoires) veillent quotidiennement au bon fonctionnement des appareils (analyseurs automatiques, systèmes de prélèvements manuels) et assurent le rendu des données et l’évolution des systèmes.
  • Le service « Emissions » assure l’inventaire des polluants émis et permet ensuite aux personnes en charge de modélisation d’établir des cartographies de la pollution.
  • Sur la base de tous ces résultats (mesures, inventaires d’émissions, cartographies), le service  « Exploitation » permet au final de produire des diagnostics territoriaux grâce aux travaux d’expertise et de synthèse.

 

Bilan 2013 : poursuite de l’amélioration et de l’optimisation des outils

 

L’optimisation du réseau de mesures qui a débuté en 2012 et basé sur une stratification en 3 niveaux (réseau minimum réglementaire, réseau d’appui et réseau lié à des programmes spécifiques)  s’est consolidé en 2013.

En adéquation avec le Plan Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air,  la rénovation du réseau fixe  s’est  poursuivie avec plusieurs projets de déplacement et de création de stations de mesure :

  • Création d’une station urbaine sous influence  trafic dans l’agglomération d’Annecy
  • Déplacement de la station rurale de fond de la Drôme Provençale
  • Déplacement d’une station rurale dans le Nord-Isère

Compte tenu du besoin de quantification des impacts de la pollution atmosphérique (évaluation de l’exposition du territoire et des personnes),  les travaux d’amélioration des inventaires et des modèles sont continus. Ils permettent une meilleure quantification des sources de pollution, la réalisation de mesures complémentaires pour le calage des outils de modélisation et une extension des modèles à d’autres composés à enjeux.

Les mesures sont nécessaires comme données d’entrées aux modèles et les cartographies permettent d’orienter les évolutions du réseau de mesures. Cette complémentarité se renforce d’année en année et permet une optimisation des outils et une amélioration de la surveillance.

Perspectives 2015 : finalisation des actions du PRSQA 2011-2015 et harmonisation nationale

 

 

Axe1_bilan_mi_parcours

Le programme d’optimisation du réseau de stations de mesures  se poursuit en 2014 et devra s’achever fin 2015. Compte tenu des nombreuses contraintes urbanistiques trop souvent opposées à nos besoins scientifiques, l’installation de stations de mesures demande plus de temps que prévu : une nouvelle planification des travaux non aboutis devra  donc être très certainement reportée sur le  sur le prochain PRSQA.

Le travail de modélisation devrait permettre d’obtenir une cartographie régionale pour deux nouveaux polluants : les particules PM2,5 et le benzo(a)pyrène, traceur de la famille chimique des HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques).

Les avancées en modélisation doivent aussi permettre une meilleure représentativité spatiale des mesures,  et contribuer  à une nouvelle perception du réseau de surveillance : l’acceptation par tous, public ou expert, que des mesures effectuées sur certains territoires ne renseignent pas uniquement sur  l’état de la qualité de l’air à proximité de la station mais soit représentatives plus largement d’un bassin d’air.

Air Rhône-Alpes a participé à des travaux nationaux pour une meilleure harmonisation des pratiques d’un réseau de surveillance à l’autre, tant au niveau de l’inventaire des polluants que du calcul d’exposition des populations, sans oublier la gestion du réseau de mesures. Une fois les préconisations nationales définies, Air Rhône-Alpes procédera à des ajustements pour se conformer aux exigences nationales.

Bilan d'activité

 

L’axe 1 représente un budget total de 4 549 598 euros en 2013 soit 60% du budget total alloué à la réalisation du PRSQA en 2013

Le réseau de mesure

Axe1_reseau_mesures_2013_

 Cartographies :

  • Sur les 5 polluants à enjeux, 4 disposent d’une information spatialisée sous forme cartographique : PM10, NO2 et O3 , PM2,5 (mise en place en 2013).
  • La cartographie concernant le Benzo(a)Pyrène est attendue pour 2014
  • En 2013 et pour les polluants susceptibles d’être concernés par des dépassements réglementaires, 7 valeurs réglementaires sur 8 sont couvertes par cartographies.

Consulter le bilan complet du PRSQA à mi-parcours