Stratégies & actions

L’amélioration de la connaissance (sources, origines, impact, localisation…) est un processus d’anticipation indispensable à l’élaboration de politique publique pertinente en matière d’amélioration de la qualité de l’air, en appui à la décision d’orientations ou d’actions. L’axe 3 du PRSQA Rhône-Alpes 2011-2015 vise donc à améliorer les connaissances sur l’air par le biais d’études, de participations à des programmes de recherche, de partenariats ou des problématiques plus locales.
Pour répondre de manière structurée et optimisée aux sollicitations croissantes des partenaires extérieurs, Air Rhône-Alpes s’est organisé à travers un programme d’amélioration des connaissances décliné selon 5 thématiques :

  1. Améliorer la description territoriale
  2. Améliorer les connaissances sur les thématiques spécifiques
  3. Améliorer les connaissances sur l’exposition des populations
  4. Améliorer les connaissances technologiques
  5. Mettre en cohérence des outils avec les thématiques connexes et les territoires voisins

Axe3_general

  

 

Chiffres clés :

Le programme d’amélioration des connaissances sur l’air est organisé autour de 5 thématiques, et comporte au total 15 programmes et 66 projets actifs en 2013.

Axe3_nb_projets

Bilan 2013

 

1. Améliorer la description territoriale

Si la description du territoire rhônalpin à l’échelle macroscopique est plutôt bien appréhendée et répond en grande partie à des obligations réglementaires, il persiste des zones de superficie réduite subissant des surémissions atmosphériques. Ces « points noirs environnementaux » nécessitent des investigations parfois poussées, dans l’objectif d’appréhender le risque sanitaire pour la population exposée.

Exemples d’études :

  • Création d’une plateforme régionale air/bruit, Orhane, en lien avec le partenaire Acoucité En savoir +
  • Programme régional de surveillance des dioxines, Furanes et Métaux lourds.  En savoir +

Perspectives 2014-2015 :

L’identification de ces zones de surémissions et la réduction des populations exposées est sans aucun doute un fort enjeu des prochaines années. Par ailleurs, quelques polluants, ou problématiques, pourraient nécessiter la mise en place d’observatoire pérennisé, dans le sens de l’intérêt général.

2. Améliorer les connaissances sur les thématiques spécifiques

Le développement de méthodes ou le déploiement de métrologies spécifiques, parfois issues directement de laboratoires de recherche, sont des qualités pour lesquelles Air Rhône-Alpes est attendu en termes d’amélioration de connaissances. Notamment, le déploiement de technique de mesure de la composition chimique des particules, afin d’en connaitre les sources, est un enjeu important dans un contexte de contentieux européen pour non respect des valeurs réglementaires sur les particules.

Exemples d’études :

Perspectives 2014-2015 :

Les prochaines années vont s’attacher à ce que les mesures et méthodes expérimentées intègrent l’observatoire, si elles convergent vers l’intérêt général.

3. Améliorer les connaissances sur l’exposition des populations

Le développement de liens avec le domaine de la santé est primordial pour améliorer les connaissances de l’impact sanitaire de la qualité de l’air. Divers partenariats (INSERM, INVS, EHESP) sont mis en œuvre, et souvent renforcés, dans l’objectif d’apporter des éléments scientifiques sur l’exposition des personnes et de constituer des bases de données pérennes et robustes.

Exemples d’études :

Perspectives 2014-2015 :

Une thématique montre un intérêt croissant de différents acteurs depuis quelques années : les compréhensions des mécanismes d’inégalités socio-environnementales. Air Rhône-Alpes oriente des unités d’œuvre en hausse sur ce sujet.

4. Mettre en cohérence des outils avec les thématiques connexes et les territoires voisins

L’air n’ayant pas de frontière, la mise en cohérence d’outils, de méthodologies et de compétences avec nos voisins est un gage pour une meilleure prise en compte des problématiques atmosphériques. Les partenariats, notamment aux travers de financements européens ( Programmes Interreg France Suisse, ou Alcotra France Italie principalement), sont en place sur des aspects de partage de base de données, d’inventaires et de modélisation.

Exemples de projets :

  • EnercitEE : contribue à l’amélioration des politiques locales et permet une assistance au transfert de connaissances sur l’efficacité énergétique et le transport durable. Un manuel téléchargeable, à l’attention des personnes en lien avec l’élaboration des politiques publiques sur le climat, contient une description générale du changement climatique et décrit un certain nombre de procédures et d’outils à l’appui pour les administrateurs locaux/régionaux qui veulent en savoir plus sur le changement climatique. En savoir +
  • PARTAERA : projet franco-italien qui vise à améliorer les connaissances sur les origines des particules, polluant majeur de l’air et d’autre part à approfondir des questions métrologiques de part et d’autre de la frontière (méthode de mesure gravimétrique ou mesures automatiques). En savoir +
  • AERA ALCOTRA,  plateforme de modélisation à l’échelle du territoire franco-italien est maintenant disponible et opérationnelle pour l’accompagnement de la planification. En savoir +

Perspectives 2014-2015 :

L’achèvement de la programmation européenne 2007-2013 et la nouvelle programmation 2014-2020 offrent de nouvelles perspectives de partenariats avec nos voisins français ou européens. Tous restent déterminés à avancer encore sur le sujet de la qualité de l’air, en appui des politiques publiques.

5. Améliorer les connaissances technologiques

Cette thématique s’est un peu étoffée au cours de l’année 2013 par des partenariats noués avec les acteurs économiques développant des appareils innovants. Par ailleurs, une réflexion sur les améliorations technologiques à apporter aux stations de mesures de la qualité de l’air est en cours dans un objectif de réduction de l’impact énergétique.

Perspective 2015

 

Bilan à mi-étape du Plan Régional de la Surveillance de la Qualité de l’Air

Axe3_bilan_mi_parcours

 

Bilan d'activité

 

L’axe 3 représente un budget total de 1 922 000 euros en 2013 soit 26 % du budget total alloué à la réalisation du PRSQA en 2013.

 

Axe3_budget_financeurs.jpg

Consulter le Bilan complet du PRSQA à mi-parcours